Il était un temps que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître ; à cette époque on allait en vacances chez nos grands parents. La seule technologie disponible (et transportable) s’appelait un livre. C’était une sorte de liseuse qui n’avait pas besoin d’électricité et qui avait une obsolescence programmée de plusieurs dizaines d’années pour peu que l’on soit soigneux.

A cette époque, on faisait comme les grands parents, parce que d’une part, il n’y avait rien d’autre à faire et d’autre part, refuser un coup de main à sa mémé pour étêter les haricots, éplucher les pommes, presser les raisins, nous aurait vraiment compliqué la fin de la journée, voire même nous aurait privé de la blanquette de veau qui cuit depuis le matin sur le gaz à feu doux. Bref c’était un temps où l’on avait le temps de prendre son temps, voire même d’en perdre…

Un jour, j’ai demandé a mon grand père de quelle couleur politique il était.

J’ai eu la réponse suivante :

"Quand j’avais quatre pattes, j’étais rose,

Quand j’avais deux pattes, j’étais rouge,

Mais maintenant, je suis noir."

Je passais la fin d’après midi à me demander quelle pouvait être la relation entre les appuis au sol et la couleur politique….
- Rose pour les bébés, normal.
- Rouge pour les copains de mon grand-père qui étaient instituteurs ou vignerons (donc pas toujours rouges pour les mêmes raisons) OK. mais pourquoi noir après ?

Puis je compris que c’était son évolution politique. Je retournais le voir, car je n’osais le croire opportuniste... (Déjà, socialiste, on frôlait le scoop familial…)

"Pourquoi avoir changé d’opinion politique mon pépé ?"

Il m’a répondu :

"Je suis toujours « Jauressien » et toujours fidèle au Conseil National de la Résistance. Ce n’est pas moi qui bouge, c’est le reste du monde politique qui tourne comme les étoiles dans le ciel…"

Cette dernière remarque me fit prendre beaucoup de retard en astronomie, mais beaucoup d’avance en politique.

Moralité :

Il en est de même des couleurs de drapeaux, même sur les Blogs.

Ils noircissent toujours un peu quand leurs auteurs restent droits dans leurs bottes….

Bises

MLK