Il y a d’abord la congestion – parmi les visiteurs mais aussi entre touristes et habitants. Puis l’éviction : petits commerces remplacés par des boutiques de souvenirs, ou logements loués en AirBnB au grand dam des habitants.
Pour régler ce problème du « surtourisme », on fixe des normes pour limiter la nuisance. Paris a par exemple plafonné à 120 jours par an les locations en AirBnB et Amsterdam est même descendue à 30 jours.

JM Vittori franceinter 30/07/19