Il est des nouvelles qui, même attendues, font très mal. Françoise nous a quittés après s’être âprement défendue contre une maladie injuste et implacable. Ce long chemin de souffrance, elle n’en a rien montré, toujours rayonnante de ce feu communicatif, de ce charisme qui nous faisait tant de bien à tous et qui désormais restera dans nos cœurs comme une petite flamme positive et têtue. Sachons la garder.

Françoise faisait avancer les choses. Qualité plus rare, elle insufflait aux autres ce supplément d’âme qui fait qu’on y croit, que les projets prennent sens. De son regard et de son corps émanait une force d’autant plus impressionnante qu’elle s’exprimait d’une voix douce et mesurée. Le cœur et l’intelligence faisaient le reste.

Je ne reviendrai pas ici sur son parcours ni sur son travail qui furent, comme elle, hors normes, et qu’il est désespérant de voir faucher si tôt et si brutalement. Nous sommes aux côtés de sa famille, de ses proches et de ses nombreux amis.

Je voudrais lui exprimer mon amour et ma reconnaissance au nom de tous les Groisillons. Elle a beaucoup aidé notre île et s’y rendait régulièrement, avec un plaisir que nous partagions avec elle.

Le chagrin, si grand soit il, ne doit pas masquer l’hommage. C’était notre amie et nous l’admirions. Que cette épreuve nous rende meilleurs, c’est ce qu’elle aurait voulu.

Eric REGENERMEL.

http://www.groix.fr/Detail-actualit...