"Anita, de Groix"

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Le Thon Libre n° 15 - décembre 2010.

Publié le 21 décembre 2010 à 10:07

Edito

Vivre en société implique le partage : partage de valeurs communes, d’objectifs à court et long terme, partage des décisions aussi, et enfin des richesses produites ensemble. Fonder une société solide, c’est être solidaire. Partager c’est respecter l’autre et reconnaître ainsi qu’avec lui tout devient possible (et que sans lui rien ne l’est). L’autre ne se définit pas seulement par sa famille, ses amis ou la collectivité, c’est celui qu’on ne connait pas ou pas encore, mais aussi au-delà de notre environnement social, l’animal et le végétal. Si l’on accepte ces principes, des priorités apparaissent alors naturellement : rassembler et relier plutôt que diviser, penser aux générations d’après, écouter celles d’avant, se faire une place modeste et cohérente entre ces deux histoires passées et futures, bien plus grandes que la nôtre. Ouvrir son esprit et non le fermer à la différence et à la nouveauté. S’adapter à la biosphère qui nous nourrit et non la saccager pour nos besoins immédiats. Les priorités de ce début de millénaire en sont bien loin : profits rapides d’une minorité dans un système qui excelle à produire des désirs sans jamais répondre aux vrais besoins de tous , vrais besoins d’équilibre et non de fuite en avant. Par sa façon de partager, chacun à sa petite échelle possède un brin de solution.

Toujours dans cet esprit, il reste sur notre petite île bien des défis à relever :
• s’ouvrir aux autres et vers le continent ;
• développer les productions et le commerce local ;
• mieux vivre ensemble et plus solidaires ;
• donner un avenir à nos enfants.

L’ouverture c’est l’histoire même de Groix. La capacité des Groisillons à créer le premier port thonier d’Europe en fut un formidable exemple : ils ont maîtrisé toute la chaîne économique allant de la capture à l’exportation en passant par les conserveries. Tripler la population de l’île demandait aussi une forte capacité d’accueil et d’intégration des nouvelles populations.
Les années 2000 n’offrent évidemment plus le même contexte ni les mêmes opportunités. Le besoin de s’ouvrir vers le continent n’en est pas moins indispensable et penser des projets entre soi et pour soi nous amène à l’échec. Ainsi, le tourisme a pris une place prépondérante dans l’économie et, par définition, les touristes viennent du continent. Tous les créateurs d’emploi et d’activité sont utiles à l’île, qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs.

Certains pourraient avoir (ou voudraient donner) l’impression que ce milieu de mandat a du mal à sortir les projets. De mauvaises langues prétendraient même que certains seraient compromis et que l’action municipale s’épuiserait. C’est oublier qu’avant la première pierre, entre études, appels d’offres et recherche de financements, on est rarement prêt avant la mi-mandat. De plus, faire avancer les projets est devenu plus long et compliqué : l’État ne nous épaule plus comme avant, nous avons élaboré seuls les cahiers des charges et lancé les appels d’offres auprès de cabinets privés qui feront désormais ce que le Public ne fait plus. Cela demande du temps, de l’argent et de la compétence technique. J’estime que nous avons bien perdu un an pour simplement reprendre la main sur des dossiers centraux : réseaux, routes, assainissement par exemple où l’État était d’une aide précieuse. Le non renouvellement des agents de l’État laisse peu de marge aux petites communes qui devront davantage recourir aux communautés d’agglomération. La réforme des collectivités territoriales va aussi dans ce sens. Le mouvement semble inéluctable pour des raisons autant économiques que politiques. A nous d’y trouver notre chemin et d’y faire entendre notre voix, sans polémiques vaines et stériles.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de bâtir un projet pour l’île à travers cinq principaux chantiers qui devront aboutir au cours du mandat :
• la Zone d’Activité Économique du Gripp (dite zone artisanale) ;
• le Pôle mer de Port Tudy (réhabilitation du Quai sud) ;
• le Pôle enfance social jeunesse (derrière la mairie) ;
• le nouvel EHPAD (nouvelle maison de retraite à Kermunition) ;
• le domicile partagé et les nouveaux logements aidés (10 appartements, 11 pavillons).

Comment renier de telles priorités ? Permettre à l’économie locale de s’épanouir dans de bonnes conditions, développer les services aux familles et en direction des jeunes, leur permettre de se loger et fournir aux anciens tout ce dont ils ont besoin au soir de leur vie. Précisons que la ZAE est sous maîtrise d’ouvrage de Cap l’Orient et que l’ancienne école des soeurs a été rachetée par l’Établissement Public Foncier Régional pour réaliser le futur EHPAD.

À côté de ces réalisations, des réflexions en profondeurs sont lancées :
• l’appel à projet régional « tourisme durable » qui a pour ambition de faire du tourisme un outil de développement maîtrisé pour l’île. L’image que nous voulons donner, le respect que nous devons inspirer, la qualité de notre accueil sont autant de questions à travailler ensemble ;
• la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui n’a pas pour seul but d’affiner le zonage existant, mais qui devrait, entre autres, définir l’architecture et les formes urbaines à venir au regard des impératifs d’environnement ;
• enfin, il nous faut un schéma directeur d’ensemble sur les réseaux et les routes, incluant les questions de sécurité, d’entretien régulier et de surcharge des poids lourds qui accélèrent considérablement leur dégradation. Nous avons mandaté le cabinet spécialisé IRH pour cette mission.

Certains qualifient ce programme de « déraisonnable ». Est-il déraisonnable de tout mettre en oeuvre pour garder des populations de toutes les générations sur Groix ? Nous connaissons nos limites. Nous avons défini nos priorités et nous y tiendrons dans le cadre des capacités financières de la commune. Car évidemment les coûts seront importants : le surcoût insulaire et les normes des bâtiments publics impliquent des dépenses incompressibles, et nous savons que Croix a des ressources limitées. Le levier fiscal reste peu puissant dans une population où beaucoup ne sont pas imposables. Nous aurons donc recours aux subventions de nos partenaires habituels. Dans le climat politique et économique actuel, ce n’est pas toujours facile, mais nous avons bon espoir car ces projets sont de qualité aux yeux de nos partenaires.
En cela la récente visite du Préfet du Morbihan Monsieur Philizot et du Sous-préfet de Lorient, Monsieur Labbé, a permis de nous conforter dans nos ambitions légitimes d’insulaires. Nous leur avons présenté notre stratégie de développement, et je les remercie ici de leurs conseils et de leur soutien.

L’été dernier, nous avons expérimenté la zone de rencontre du bourg. L’idée est partie d’une réunion de concertation avec les habitants, puis étayée au plan technique et juridique par des agents du Conseil général et de la Direction des Territoires. Le principe est de ne pas bloquer les voitures tout en privilégiant les déplacements « doux ». Le bilan est mitigé : si les vélos et les piétons l’ont adoptée d’emblée, les automobilistes se sont souvent déclarés excédés par l’attitude parfois irresponsable des premiers. Partager la rue semble difficile car la culture du « tout voiture » est encore bien ancrée dans les esprits. Que préconiser pour 2011 ? Nous en reparlerons ensemble, mais il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain . Il serait aberrant de rendre le bourg à la priorité des voitures. L’impression d’insécurité ressentie par les automobilistes a eu pour effet de les rendre plus prudents. Il faut qu’ils le restent. Des aménagements supplémentaires et une canalisation plus forte des vélos sont nécessaires. Nous y travaillons dans le cadre plus général d’un plan de circulation sur l’île. Le maître mot est « ralentir » à Croix. Si vous roulez à 70 plutôt qu’à 50 vous gagnez au plus 15 secondes sur un trajet moyen. Vous perdez hélas aussi plusieurs mètres sur votre distance de freinage d’urgence ! Partager la route c’est apprendre à respecter l’autre. On y revient toujours...

Éric Regenermel
Maire de Groix

Lettre aux squatters

Lettre aux squatters de la maison du trou de l’enfer (ex maison du Dr Cavet)

Mesdames et Messieurs
J’ai appris par différents médias et affichettes que vous étiez désireux de vous loger à peu de frais toute l’année à Croix. Vous avez choisi d’investir une maison qui ne vous appartient pas, ce que la municipalité ne peut cautionner, puisqu’elle est la propriété du Conservatoire du Littoral.
Après avoir vérifié mes demandes de logement social, je m’étonne qu’à ce jour aucun d’entre vous n’apparaisse en qualité de demandeur. Je me permets donc de vous informer qu’actuellement la commune dispose de 113 logements sociaux de bonne qualité (Locmaria, le Bourg, rue du Dr Cavet, rue Lucien Kimitété , La Trinité, Kerlo et Créhal). D’autres projets sont en cours dont les permis sont déjà accordés : 10 appartements et 11 pavillons.
Les loyers mensuels varient de 173 € en appartement à 295 € en pavillon pour un T2 et de 235 € en appartement à 416 € en pavillon pour un T3. Cela sans les charges. L’APL (aide personnalisée au logement) vient en déduction selon votre situation. La Caisse d’Allocation Familiale est à votre service pour cette prestation qui peut être conséquente.
Je regrette de préciser qu’aucun de ces logements sociaux ne possède une aussi belle vue sur mer que la maison que vous vous êtes appropriée, mais la loi littoral protège notre patrimoine naturel vis-à-vis de toute forme de bétonnage et nous ne pouvons que nous en féliciter. A ce titre la maison que vous occupez est appelée à être détruite.
Concernant votre souhait de pouvoir cultiver, l’agriculture manquant de bras à Groix, je vous incite à contacter des propriétaires de parcelles agricoles après avoir consulté le cadastre en mairie.
J’espère qu’après la lecture de ces informations que vous semblez ignorer, vous viendrez me voir en mairie muni des documents nécessaires où je vous recevrai volontiers afin de remplir une demande de logement social en bonne et due forme. Votre demande sera prise en compte et traitée comme pour toutes et tous citoyen(ne)s de l’île demandeurs d’un logement. Pour information, lors de la dernière commission, 7 logements ont ainsi été attribués.

Avec mes sentiments dévoués.

Yann Boterf
Adjoint aux affaires sociales

Extension du cimetière

Par délibération du Conseil Municipal du 21 septembre 2010, l’extension du cimetière sur une parcelle communale jouxtant celui-d a été décidée.

Le métrage de cette parcelle effectué par un géomètre expert libérera un passage de servitude de un mètre de large le long du terrain appartenant à Monsieur Erwan Tonnerre, et l’espace nécessaire pour un parking de dix à douze places le long de la rue de Port Mélite. _ L’extension du cimetière sera ceinte d’une haie d’essences variées et persistantes, comportera 250 emplacements et sera prochainement mise en service.
L’ensemble des travaux sera effectué par les services techniques de la commune.

Recensement de la population 2011

L’enquête de recensement de la commune de Groix se déroulera du zo janvier au 19 février 2011. Les agents recenseurs seront nommés par arrêté municipal. Lors de leur passage chez vous, réservez-leur.., un bon accueil.

Forum des associations : la mobilisation au RDV !

Samedi 25 septembre a eu lieu le forum des associations à Port Lay.
26 associations ont ainsi investi les lieux de l’ancienne conserverie, dans une ambiance bon-enfant.

Toutes les thématiques y étaient représentées : le sport, les loisirs créatifs, la musique, le théâtre, le patrimoine... pour le plus grand plaisir des visiteurs, amis et famille, qui ont pu se rendre compte de l’importance du noyau associatif sur l’île.
La démonstration du club de karaté Okinagroix Karaté-Do a fait son effet, grâce notamment à la participation imprévue mais oh combien réussie, des comédiens de la troupe de théâtre locale "Ile Téâtro".
Un pot de l’amitié, offert par la municipalité, a clôturé l’après-midi.

Suite à ce forum, les associations réunies par Lionel Baron, ont abordé différentes questions sur la tenue du forum : la fréquence de celui-ci, le lieu et les dates de l’événement , mais aussi les différents concepts à y apporter. Un autre sujet a été relancé : le coût élevé du transport pour les manifestations sportives et culturelles.
Un questionnaire sur le sujet a été adressé aux associations afin d’évaluer précisément l’impact financier de cette contrainte, en vue d’une rencontre avec la compagnie maritime et le Conseil général.
La prochaine édition du forum des associations devrait donc avoir lieu en septembre 2012.
La municipalité tient à remercier les membres des associations qui se sont investis dans le bon déroulement de la journée.

Inscription sur les listes électorales

Pour pouvoir voter en 2011, les citoyens doivent être inscrits sur les listes électorales.
L’inscription sur les listes électorales est possible en mairie jusqu’au vendredi 31 décembre 2010.

Il faut donc se présenter à la mairie muni des pièces suivantes :
• formulaire d’inscription sur les listes électorales (à retirer en mairie) ;
• pièce d’identité (passeport, carte nationale d’identité) en cours de validité ou expirée depuis moins d’1 an ;
• selon le cas, un justificatif de domicile de - de 3 mois dans la commune ou un justificatif de résidence dans la commune depuis + de 6 mois ou un justificatif d’inscription au rôle des impôts locaux depuis + de 5 ans
(si l’intéressé habite chez ses parents, une attestation des parents établie sur papier libre, certifiant qu’il habite chez eux, et un justificatif de domicile des parents).

À noter qu’il est également possible d’envoyer un courrier à la mairie accompagné du formulaire d’inscription et des pièces exigées. Dans ce cas, il est fortement conseillé d’envoyer sa demande en mairie avant mi-décembre.

Le chantier nature

Le chantier nature, structure de réinsertion professionnelle, est encadré par Ludovic YVON et destiné aux chômeurs de longue durée (fin de droits) ou bénéficiaires du rSa, qui leur permet de reprendre pied dans le monde du travail et très souvent de retrouver par la suite un emploi stable.

Cette équipe réalise l’entretien paysager des différents sites naturels de l’île : les sentiers côtiers, les chemins de traverse, les forts du Grognon, certains vallons comme ceux de Port Melin ou de Kermouzouët, ainsi que les aménagements et la sécurisation des accès aux plages.

Dernièrement, le chantier nature a nettoyé les abords du plan d’eau de Kermouzouët. Il a fallu débiter et sortir de l’eau des arbres et des branches qui étaient tombés dans l’étang et arracher de nombreuses souches de saules qui en se développant avaient tendance à combler la partie la moins profonde de la retenue d’eau. Le site est maintenant bien dégagé et les promeneurs peuvent désormais avoir une superbe vue d’ensemble sur l’étang et y observer les canards, et pour qui sait se montrer discret, apercevoir les poules d’eau circulant sous les basses branches des saules.

Un chantier important est actuellement en cours à Pokado, un bûcheron-élagueur est venu récemment abattre des peupliers qui menaçaient de tomber, aidé en cela par des membres des services techniques et du chantier nature qui ont retiré le bois au fur et à mesure et ensuite dégagé entièrement l’endroit où avaient été enlevés les arbres.

La mare a été nettoyée et des plantes aquatiques repiquées sur le pourtour afin de retenir la terre. De jeunes arbres ont été replantés sur les zones dégagées, d’autres plantations suivront lorsque les peupliers malades auront été enlevés. Un talus est en cours de réalisation sur le bord de la route en vue de masquer les conteneurs de poubelles. A ce propos il est inacceptable que certains usagers, dont quelques-uns ne résident même pas à Locmaria, y déposent leurs déchets non triés souvent à même le sol, transformant rapidement ce lieu de collecte en un dépotoir immonde.

Un petit effort de chacun permettrait pourtant de garder cet endroit propre et d’éviter aux agents d’entretien la désagréable corvée de ramasser les détritus éparpillés ; de plus, vis-à-vis des ouvriers du chantier nature et par respect pour leur travail il serait bien de conserver ce site agréable dans un état de propreté correct.

Enquête de satisfaction de I’EHPAD

Alors que plus d’un Français sur deux redoute l’entrée en Maison de Retraite et que près de 8o % ont une mauvaise opinion de ces établissements, l’EHPAD de Croix, acteur dans le domaine de la prise en charge des personnes âgées, vient de réaliser une enquête de satisfaction auprès des résidents et leurs familles. Détails.

L’objectif était de mesurer la satisfaction, mais également les besoins des personnes âgées en établissement et de leurs proches.

Pour 47 résidents, 8o proches ont reçu un document composé de 31 questions classées en diverses rubriques (le logement, le personnel, l’animation, les soins, l’hygiène, l’alimentation, le linge, etc...) avec une possibilité d’apporter des commentaires.
59 réponses sont parvenues.
Le questionnaire était anonyme.
De même, les résidents ont été sollicités pour répondre à cette enquête. 29 réponses ont pu être exploitées.

Tout d’abord, l’enquête de satisfaction a révélé parfois un important décalage entre les évaluations des résidents et ceux des proches : si les proches apparaissent très soucieux du cadre de vie (25,42 % sont très satisfaits du logement), les résidents recherchent toujours plus d’intimité et de tranquillité (44,88 % sont très satisfaits du logement). _ Concernant l’entretien des logements, 65,52 % des résidents répondent « oui parfait », pour 27,11 % des proches.
De même, à la question : « Le personnel de l’établissement vous semble t-il respectueux, poli en vers le résident ? » « Oui, parfait » pour 72,41 % des résidents et 57,62 % pour les proches.

Globalement, résidents et proches sont satisfaits de la qualité des repas (les résidents sont moins satisfaits de la quantité), de la gestion du linge, des soins infirmiers, etc.. L’ambiance générale au sein de l’établissement est jugée de « très bonne à assez bonne » par 89, 65 % des résidents et 83,04 % pour les proches.

Si les animations sont jugées satisfaisantes dans l’ensemble, les résidents en souhaitent davantage.
1/3 des résidents et proches ne trouvent pas l’aménagement et l’architecture adaptés. Les espaces sont trop exigus (notamment pour le passage des fauteuils), manque d’espaces verts aménagés, un hall d’accueil trop petit, etc. Foyer logement à l’origine, le bâtiment répond moins aux besoins d’un EHPAD médicalisé.

Pour conclure, à la question « Aujourd’hui, que pensez vous des services que vous apporte l’établissement ? », les services sont appréciés positifs à très positifs pour 72,42 % des résidents (10,34 % de non-réponse) et pour 72,88 % des proches.

Fort de ces résultats, tout en associant les résidents, les proches (Conseil de vie sociale) et le personnel, des propositions concrètes pourront être envisagées autour d’un projet de vie qui donne au sujet âgé toute la place qui lui revient dans la société humaine, sur notre île de GROIX et en particulier dans le nouvel EHPAD à venir.

Défibrillateurs

La commune s’est équipée de deux défibrillateurs automatisés externes (DAE), installés l’un au port, l’autre au complexe sportif.

Il faut savoir en effet, que l’arrêt cardiaque inopiné, ou mort subite de l’adulte, est responsable de près de 50 000 décès par an en France. Il constitue donc un vrai problème de santé publique. Grâce à l’utilisation de ces DAE, on estime ainsi qu’en France, 3000 à 4000 vies pourraient être sauvées chaque année. Un décret du 4 mai 2007 permet une utilisation des DAE par des non médecins.

Tout témoin d’un arrêt cardiaque doit avoir 3 réflexes :
• appeler le 15 (SAMU) pour prévenir les secours (115 sur un téléphone portable) ;
• commencer immédiatement le massage cardiaque ;
• aller chercher un défibrillateur aussi vite que possible.

Lors d’une fibrillation ventriculaire, cause de l’arrêt cardiaque, le cerveau souffre très rapidement. Il n’est plus alimenté en oxygène car le sang ne circule plus. Au-delà de 5 minutes d’arrêt du coeur, si on ne fait rien, les lésions cérébrales sont irréversibles, puis c’est la mort assurée. i minute de gagnée c’est 10 % de chance de survie en plus. D’où l’importance d’avoir à disposition le plus rapidement possible un défibrillateur.

D’autres défibrillateurs sont également disponibles sur la commune :
• au magasin Grek En Tique, sur le parking derrière l’hôtel du pêcheur ;
• dans les locaux de la Compagnie Océane ;
• à la Pharmacie ;
• les pompiers et le canot de sauvetage en sont également équipés.

La commune a formé, par l’intermédiaire de l’AMSIG , des agents communaux ainsi que des membres d’association sportive à l’utilisation de ces défibrillateurs.
D’autres sessions de formation seront mises en place.

La semaine bleue

Elle a eu lieu du11 au i6 octobre 2010

Selon l’INSEE, les personnes âgées dépendantes devraient être de plus en plus nombreuses au cours des prochaines années. Groix n’échappe pas à cette évolution de la population.

La semaine nationale des retraités et personnes âgées appelée « Semaine Bleue », sert à informer et à sensibiliser l’opinion publique sur la contribution des retraités à la vie économique, sociale et culturelle.
Sous l’impulsion du directeur Michel D’Haene et de son équipe, la semaine bleue a été l’occasion de renforcer et de valoriser toutes ces contributions qu’apportent les personnes âgées à la qualité du tissu social au sein de notre île aux « vermeils ».
Un programme riche et varié a été proposé à nos anciens avec les Drankens (association d’animation à l’EHPAD) mais aussi de bénévoles, d’artistes et la coopération de
« Cinéf ’îles ».
Une subvention de 700 euros avait été accordée lors du dernier Conseil municipal pour l’animation de cette semaine.

Une formation Alzheimer a été dispensée au personnel de l’EHPAD.
Celle-ci s’est prolongée par la projection du film « LOLA » .

Au programme de cette semaine :
La vue et l’ouïe, des sens si précieux
Florence et Bruno SERRE (les Lunettes de Croix) et un audioprothétiste.

Coiffure et esthétique
Céline (coiffure) et Corinne (soins du visage) ont passé la matinée à « bichonner et faire beaux » nos anciens qui ont bien apprécié ces soins.
Elles ont promis de revenir...
Un appel aux bénévoles est lancé.

Concert « l’ange rouge »
Merci à Sylver MORRISSON.

Le spectacle
« Les tontons yoyo » ont présenté leur spectacle de clowns et ont su faire rire, rêver et partager leur numéro.
Concert des RENAVIS

Projection du film Le cirque de Charlie Chaplin

Remercions :
• le transporteur Le Menach pour sa participation (passage des accessoires des clowns, continent-île) ;
• Le fournil de l’île qui a offert le goûter ;
• Loïc Le Maréchal pour le lard du thonier a aussi participé à la bonne ambiance de la semaine.
Un grand merci à toutes et à tous, au personnel motivé de l’EHPAD, pour cette semaine riche et variée qui démontre que l’EHPAD est bien un lieu de vie.

Profils de baignade

La nouvelle directive communautaire sur la gestion de la qualité des eaux de baignade édictée le 15 février 2006 sera applicable à partir de 2015 à l’ensemble des États de l’Union Européenne.

Celle-ci concerne :
• la surveillance et le classement des eaux de baignade ;
• la gestion de la qualité des lieux de baignade par l’établissement de « profils de baignade » ;
• la fourniture d’informations adaptées aux publics.

L’établissement des « profils de baignade » devra être réalisé pour février 2011, ceux-ci ont pour vocation d’évaluer et de comprendre les risques de pollution des eaux de baignade et de concevoir des mesures permettant de réduire ces menaces et, ou de limiter l’exposition des usagers à ces risques.
Cette étude est en cours pour les plages de Locmaria, des Sables rouges, de la Côte d’Heno et de Port Mélite.
Les résultats depuis 2005 sont classés A (eaux conformes de bonne qualité) pour ces plages. La plage de Locmaria, quant à elle a été classée B (eaux conformes de qualité moyenne) une fois, lors des fortes pluies de l’été.

Réseau des Elus Référents Addictions (ERA)

La Préfecture du Morbihan a décidé de la mise en place, courant 2009, d’un réseau des Elus Référents en prévention des Addictions dont François Marguet est le représentant pour la commune.

Les Objectifs de ce réseau sont :
• développer la prise en compte de la prévention des conduites addictives au sein des communes du Morbihan ;
• améliorer la qualité des politiques de prévention des conduites addictives au sein des communes du Morbihan ;
• se connaître entre élus référents, connaitre le fonctionnement des uns et des autres pour une organisation dans la complémentarité et la mutualisation ;
• participer à l’offre de formation des ERA sur les conduites addictives ;
• promouvoir la participation des élus. Une charte des élus référents a été signée par plus de no communes dont Croix. Celle-ci est consultable en Mairie auprès du secrétariat général ou sur le site Internet de la commune www. groix . fr.
Des actions globales de prévention en direction des 11-16 ans et leurs familles seront mises en place dans les mois à venir avec différents partenaires.

"A la croisée des lavoirs de Groix"

Ce patrimoine, jadis lieu de vie communale, tend aujourd’hui à tomber dans l’oubli depuis l’invention bénéfique de la machine à laver.

Durant l’été 2010, huit plasticiens, de l’association Y Art Contemporain, ont offert au regard des promeneurs, des installations sur quelques lavoirs de Groix. Ces artistes, dont trois ont des attaches locales, ont vécu avec plaisir, cette aventure groisillonne.

La première réaction du public a été une satisfaction de redécouvrir certains de ces lieux oubliés, mais chargés de souvenirs très proches. Les installations ont séduit pour leur humour, leur poésie, leur esthétique, leur imaginaire. Cependant quelques détracteurs estiment, et c’est leur droit, que le passé doit rester intangible.

Y Art Contemporain a voulu le temps d’un été redonner aux lavoirs le sens de l’échange, de la communication, de la communauté aussi. L’expression artistique s’est extériorisée pour servir de vecteur à cette aspiration. Ce partage s’est fait sur les lieux, mais bien au-delà, par la presse, les réponses aux questionnaires, le blog, le contact direct. Souhaitons que l’expérience inspire de nouveaux projets et que les lavoirs de Groix retrouvent une fonction communautaire adaptée au XXIe siècle.

En amont l’échange s’est établi avec les deux collèges qui ont assuré chacun, avec compétence et brio, l’installation d’un lavoir chacun.
L’association Saint Gunthiern nous a apporté son concours et nous a enrichi de sa documentation.
Sans l’aide de sponsors locaux, de proches des lavoirs et sans l’aide des services techniques, nous aurions eu de la peine à mener le projet. Nous les remercions tous.

Le groupe yac

Rémi Luchez a semé des « miettes » de bonheur le 3 octobre à Port Lay

La pluie et la grisaille n’ont pas freiné les 125 personnes venues assister au spectacle de Rémi Luchez « Miettes ». Ce spectacle coorganisé avec les centres culturels de Lorient, Inzinzac-Lochrist, Hennebont et Lanester, s’est déroulé dans l’enceinte de l’ancienne conserverie de Port Lay, dimanche 3 octobre. Petits et grands ont été ébahis par ce personnage surgissant au milieu du public, muni de quatre morceaux de bois et d’un fil de fer, grâce auquel il réussit des prouesses d’équilibre.
Tout au long du spectacle, ce clown développe plusieurs facettes de son personnage, faisant parfois frémir ou rire le public. Rémi Luchez n’est pas seul, il est accompagné du public, avec qui, tout au long du spectacle, il joue, se moque, et crée ainsi un lien chaleureux et intimiste.
Tous sont sortis de ce spectacle le sourire aux lèvres, dissipant le mauvais temps.
Après cette étape insulaire, Rémi Luchez a quant à lui poursuivi son tour de Bretagne à vélo, présentant ailleurs, ce spectacle magnifique. »

La troupe de théâtre de l’île d’Arz remporte un vif succès à la salle des fêtes

La troupe de théâtre de l’île d’Arz, composée de 18 comédiens amateurs, a présenté , samedi 16 octobre dernier, la pièce de Dubillard : "Les Diablogues".
Une centaine de personnes ont assisté à une mise en scène originale, permettant à tous les comédiens de se succéder au-devant de la scène pour présenter leurs duos et faire rire le public, grâce à des tirades pleines d’humour et de dérision.
La troupe se produisait pour la première fois à Groix, et a ainsi pu établir des contacts avec l’association Ile Téâtro, en vue d’éventuels échanges inter-îles.

Le spectacle de Noël

Samedi 18 décembre, la Cie des Masques présentera son spectacle : « Le bal des Cadeaux », à 15h à la salle des fêtes.
Au programme : histoires, chansons et lectures autour de deux étranges personnages qui raconteront la magie de Noël aux petits et grands.

Ce spectacle, offert par la municipalité à l’occasion des fêtes de Noël, sera suivi d’un goûter.
Entrée gratuite.

Pauses cafés 2011
La première réunion de préparation des Pauses Cafés 2011 s’est tenue le jeudi 4 novembre dernier à la salle des mariages. Le thème choisi pour 2011 est : « la vie des pêcheurs
de Groix » .

Si vous avez des photos, des documents, des témoignages, n’hésitez pas à nous contacter au 02 97 86 50 01 ou au 06 81 27 63 40.
Lors de cette réunion, il a été confié à Johanna Mesthe, étudiante en Master communication au département archives et médiathèque de Toulouse, la tâche de classer les documents et photos des Pauses Cafés des 9 dernières années dans le cadre de son stage de 2 mois qu’elle effectue sur l’île.

Portfolio :

Commentaires :

  • un commentaire non signé (donc pas validé) fait un cours sur les appels d’urgence

    je corrige et rappelle que le 15 est le N° d’urgence du SAMU

    et le 112 le numéro européen quand on voyage.

    AM

  • À quoi sert le numéro vert national "115" ?

    Mis à jour le 27.07.2007 par La Documentation française

    Un numéro en cas d’urgence sociale pour les "sans abri"

  • ...suite à la lettre aux Squatteurs publiée dans le Thon Libre n°15

    Il semblerait que votre lecture des « affichettes » et des « différents médias » ait été très sélective : Il y était aussi mentionné que nous souhaitions faire de la maison de Kerbéthanie, dite « Maison du Peuple », un lieu de communication,
    de socialisation, d’éducation, de réalisation de pratiques différentes, un lieu de production de subjectivité alternative, de prise de conscience pour des changements, face à la pensée unique que le système déploie à travers l’éducation, les médias, les institutions etc...
    Un lieu où, à travers la communication et la pratique, on apprend à reconnaÎtre nos intérêts collectifs face au supposé intérêt général de l’Etat et du capital.

    Des personnalités locales et internationales soutenaient déjà les squatteurs dans cette démarche au Grognon : Eugène RIGUIDEL(Marin Résistant) ; Marc GUILLAUME(ancien Résistant) ; Didier PORTE (Chroniqueur politique) ; Didier MAGNIN(Réseau Citoyens Résistants) ; Véronique LECLERCQ(Ancienne membre de l’équipe municipale) ; Gazelle GAIGNAIRE(Journaliste) ; Marina FALQUE(Verts) ; François DAMIEN(comédien) ; ainsi que beaucoup de jeunes (et moins jeunes) de toute la France...

    Contrairement à ce que vous affirmez, nous ne nous sommes pas « approprié » cet endroit, nous l’avons ouvert et restitué aux habitant-e-s de l’Île qui se le voyaient confisqué par un organisme public, fonctionnant avec de l’argent public.

    Préserver le littoral des constructions abusives est une chose,
    détruire ce qui existe en est une autre. De plus, la municipalité se dit incapable de fournir un local à toutes ses associations, alors qu’elle pourrait obtenir, sur simple demande, la gestion de ce lieu comme elle l’a pour les sites du Grognon.

    L’argent qui n’est pas encore dépensé pour la démolition (après les 360 000 € dépensés pour l’achat), pourrait par exemple servir a rendre l’endroit autonome en électricité, puisqu’il l’est déjà en eau. Cela irait dans le sens du « développement durable », formule qui était tellement prisée à l’époque des élections...

    « Ne serait-il pas temps d’organiser une forme de résistance vis-à -vis d’un système qui scie la branche sur laquelle nous sommes tous assis ? » (...)
    « Ce n’est pas la dernière mesure à craindre. L’Etat se désengage sous la puissance de la finance nationale et internationale. À nous de prendre le pouvoir »
    Éric Régénermel (Maire de Groix)

    Collectif des Résistant-e-s contre la destruction abusive de la maison Gavet,

    Groix, le 21 décembre 2010.

  • L’été dernier, nous avons expérimenté la zone de rencontre du bourg. L’idée est partie d’une réunion de concertation avec les habitants, puis étayée au plan technique et juridique par des agents du Conseil général et de la Direction des Territoires. Le principe est de ne pas bloquer les voitures tout en privilégiant les déplacements « doux ». Le bilan est mitigé : si les vélos et les piétons l’ont adoptée d’emblée, les automobilistes se sont souvent déclarés excédés par l’attitude parfois irresponsable des premiers. Partager la rue semble difficile car la culture du « tout voiture » est encore bien ancrée dans les esprits. Que préconiser pour 2011 ? Nous en reparlerons ensemble, mais il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain . Il serait aberrant de rendre le bourg à la priorité des voitures.

    et est ce qu il serait averant que les cyclistes respectent les priorites ?

    avant de se soucier des vacanciers à velo faudrait peu etre s inquieter de l etat des routes, y a peu etre moyens de recuperer les boues de dragages et boucher les nids d ours(vu la taille une poule cela fais leger)

    ftw
    jplsk8

  • Des personnalités locales et internationales soutenaient déjà les squatteurs dans cette démarche au Grognon

    ah bon, personnalites rime avec verite ?

    chiappas et gala meme combat :)

    ftw

    jplsk8

  • aha, certaines personnalités semblent effectivement plus proche de la vérité que d’autres...

    Eh oui la zone libre et autogérée du Chiapas fonctionne grâce aux soutiens internationaux...
    Rien de plus normal, lorsqu’une minorité est opprimée...

    keru

  • Peut être que certaines personnalités pourraient accueillir squatteurs, sdf et sans abris et là le problème serait réglé...cela me rappelle l’intervention d’Emmanuelle BEART il y a quelques années défendant les sans papiers, combien elle et ses amis en accueillent ils ??? olive

  • "développer les productions et le commerce local"

    Il suffit de compter le nombre de commerces et d’entreprises ayant liquidé en deux ans à Groix pour en être convaincus, et je ne vous parle même pas de celles qui vont alimenter les annonces judiciaires et légales dans les mois à venir.

    Tout va bien, mon cousin...Olive

  • autant, Olive, je pourrais te suivre sur l’argumentation concernant les personnalités qui devraient accueillir des SDF (et les locales qui ne vireraient pas leurs locataires pour louer à des touristes - Loi Scellier et équivalent ...) autant j’ai du mal à te suivre pour verser une larme sur des pseudos commerçants qui arrivent sans formation et sans expérience et qui, plus est, ne font pas d’étude de marché avant de s’installer.

    pas étonnant que cela finisse par des liquidations.

    Je ne parle pas de ceux qui ignorent l’évolution du style de population et qui s’enkystent dans leurs souvenirs...

    Désolée, mais c’est la dure loi du marché que chaque commerçant devrait avoir comme bréviaire ... non ???

    Amitiés

    Anita

  • Que de pauvres gens s’octroient le droit d’occuper un bâtiment devenue bien public, laissé à l’abandon et voué à la destruction, ne me contrarie pas le moins du monde. Nous vivons une époque difficile et si cela peut aider, tant mieux ! Passer l’hiver au chaud dans ce refuge douillet et soigner sa misère dans ce cadre agréable, peut permettre de rebondir, et cela est une bonne chose.
    Que ces mêmes pauvres gens prétendent restituer aux habitants de Groix, un bien qui n’a jamais appartenu à la collectivité, prend néanmoins l’odeur d’une gageure.
    Car non content d’être autonome en eau, ces pauvres gens souhaitent aussi le devenir en électricité. Sur le compte de la collectivité, évidement...
    Par bonheur, du tréfonds de la misère ou ils se sont logés, ces pauvres gens me pondent des idées. En échange du logement qu’ils occupent gratuitement, ils suggèrent de faire de Kerbethanie ( je cite ) :
    Un Lieu de communication, de socialisation, d’éducation, de réalisation de pratiques différentes, un lieu de production, de subjectivité alternative, de prise de conscience pour des changements, face à la pensée unique que le système déploie à travers l’éducation, les médias, les institutions. ECT ...
    Je suppose que cet apprentissage d’une vie merveilleuse et nouvelle, cette résurrection de la mentalité humaine, sera donné par des gens d’expérience, ces pauvres gens eux-mêmes.
    N’ayant plus l’âge de refaire mon éducation (ni ma socialisation du reste) je pense que ce projet s’adresse avant tout aux enfants.
    Et à la réflexion il me vint une question.
    - Pourquoi, ces pauvres gens veulent-ils apprendre à nos enfants, à être des pauvres gens ???

  • Héhé Beudjull,

    il n’y a pas d’âge pour changer ! Certaines personnes se rendent compte qu’elles n’ont jamais vraiment vécu leur vie qu’a la fin de celle-ci... mais mieux vaut tard que jamais...

    La "liberté" nous permet de choisir (lorsqu’on a conscience d’avoir ce choix) entre une "vie merveilleuse" comme tu dis, pleine d’aventures, de rencontres chaleureuses et humaines, d’amour et de joies, ou une vie pleine de labeur et de richesses matérielles (si on a la chance d’avoir un travail qui paye bien...).

    Je répondrais a ta question comme cela : mieux vaut être pauvre libre et heureux, que riche soumis et aigri...
    Mais je la reformulerai pour l’ajuster, comme ceci : "Pourquoi ces pauvres gens veulent-ils nous conscientiser ?"
    Et bien simplement pour travailler à ce que l’ensemble des pauvres gens disent un jour STOP !!! pour celles et ceux qui ne le peuvent pas, car comme tu le sais, nous ne sommes pas les plus pauvres... certaines personnes meurent de faim (entre 25 000 et 30 000 par jour !) tandis qu’on a largement de quoi les nourrir ! Cette info par exemple, ne passe jamais au JT du 20h... il faut donc des endroits et des actions qui relaient les infos "cachées" a l’opinion public... ces infos aidant à faire comprendre à la masse qu’elle est sciemment manipulée...

    Puis un jour, lorsque suffisamment de gens auront pris conscience de certaines réalités, grâce entre autres, aux squats sociaux culturels, le Temps des Cerises et des Possibles reviendra...

    keru

  • Héhé Beudjull,

    il n’y a pas d’âge pour changer ! Certaines personnes se rendent compte qu’elles n’ont jamais vraiment vécu leur vie qu’a la fin de celle-ci... mais mieux vaut tard que jamais...

    a mon avis keru te faudrait plus d une vie pour ne serais ce que mettre une main ou beudjull a mis les deux pieds :)

    Puis un jour, lorsque suffisamment de gens auront pris conscience de certaines réalités, grâce entre autres, aux squats sociaux culturels, le Temps des Cerises et des Possibles reviendra...

    cela a au moins le merite de faire rire :)

    ftw

    jplsk8

  • J’ai 48 ans Kéru, je suis une femme libre, j’ai une vie à mon sens pleine d’aventures , de rencontres chaleureuses ou non , mais humaines., d’amour ou de désamour, de joies et de peines, faite de travail et de richesses matérielles ou immatérielles. (Je ne vis pas dans le monde de OUI OUI ) Je n’ai jamais couru après un travail qui payait bien mais après un travail qui m’assurait une qualité de vie et le gÎte et le couvert ! J’ai toujours pensé aux personnes qui avaient faim, non pas dans le monde mais près de chez moi. Je suis rebelle face aux bien pensants, face à tous ces gens qui veulent nous engloutir dans un monde d’hyper consommation, et de mondialisation,

    Les réalités, on se les prend largement plein la tronche si l’on se donne la peine de s’informer, mais Kéru, et tu as l’âge de ma fille,, donc je prends le droit de te dire d’ apprendre déjà à gérer tes yaourts dans les frigos de tes squats ! La vidéo était à gerber !

    Squatter dans ton cas, ce n’est pas une solution extrème, c’est un choix politique ! Et tu le revendiques. Sais tu que votre expulsion du Grognon va nous coûter environ 12000 euros..... Au mois de mars re belotte !...

    Là tu ne rends pas service à la cause que tu défends ! c’est tout l’inverse.

    J’ai connu des squats CITOYENS à Bordeaux, ils étaient tous soit étudiants, soit salariés en grande précarité, leurs revendications étaient les mêmes, mais n’avient vraiment pas les moyens de faire autrement !
    Ils étaient organisés, leur vie en communauté ressemblaient à tout sauf au Grand Bordel.

    Je vous souhaite d’atteindre votre but sans nous faire payer le prix de votre utopie ! Au 15 mars !!!!!!

  • ""Certains pourraient avoir (ou voudraient donner) l’impression que ce milieu de mandat a du mal à sortir les projets. De mauvaises langues prétendraient même que certains seraient compromis et que l’action municipale s’épuiserait"

    Ce milieu de mandat ??????

    Vous êtes à la tête de la municipalité depuis quand déjà ??

    Soyez à la hauteur, Messieurs les Elus, des gens qui ont voté pour Vous.! Ils se sont TOUS battus pour Vous permettre d’être où Vous êtes !

    J’ai vu des larmes, alors que je ne votais pas encore à Groix. Je me suis dit, c’est pas possible, si des gens pleurent par Peur, il doit y avoir une raison !

    Le résultat ??????
    J’ai maintenant ma carte d’électrice à Groix, je ne voterai pas pour Vous ! Vous n’en avez retiré aucune leçon ! malgré vos promesses !

    ILS CROYAIENT EN VOUS !

  • pourquoi je pense à la ferme des animaux de georges orwell ?

  • ILS CROYAIENT EN VOUS !

    Quelle candeur LN ... Non, ils croyaient seulement échapper au régime des "copains, coquins", mais ils sont retombés en plein dedans !
    A croire qu’à Groix ce ne peut en être autrement ...
    Il y aura du vote nul dans l’air ...
    AM

  • Ba alors LN ? Tu ne vas tout de même pas reprendre le ton fasciste de cette vidéo ?!
    Je te rappel simplement que nous avons été virés en dix minutes, le temps de prendre nos "affaires importantes" comme disait l’huissier... certes en dix minutes nous aurions pu vider le frigo et commencer la vaisselle, m’enfin faut pas nous prendre pour des cons...

    Le conservatoire a choisi de nous virer, il a tout perdu car nous lui rénovions sa belle baraque et son beau fort pour pas un rond ! 12 000€ ?! L’huissier parlait de 4 ou 5 000 € maxi... C’est rien a côté du coût de la destruction de Kerbéthanie, avec le désamiantage etc...

    Re-belote en Mars ? Rien de sûr pour le moment puisque le conservatoire n’a pas porté plainte...

    keru

  • Ne pinaille pas sur les détails Keru. Le problème est le fond de tes propositions.
    Que comptes-tu faire tout seul dans "ta" maison ? (et encore, quand tu y es...)
    Si c’est comme le Fort du Grognon, il était bien souvent ouvert à tous vents et vide d’occupants.
    Ta force de persuasion (et celle de "tes" semblables) n’a pas convaincu grand-monde depuis des années. Crois-tu qu’avec une méthode qui heurte les esprits bien pensants tu vas avoir plus de succès ? Il faudrait d’abord qu’ils oublient que tu survis avec les moyens qu’ils te donnent à travers leurs impôts et ça, c’est loin d’être gagné !
    Il faudrait peut-être aussi que tu mesures la dose de condecendance que tu leur destines quand tu dis à des présents à une réunion du Conseil Muicipal "je n’ai pas trois heures à perdre". Tant que tu considéreras que ceux qui s’intéressent à la marche de la commune (et donc à la gestion de leurs impôts - et de ce que tu en fais) sont méprisables, tu ne risques pas de les gagner à ta cause.
    AM

  • Bah Anita, c’est bien simple nos projets sont expliqués dans nos communiqués...
    Nous sommes qu’une poignée a agir contre la destruction de la maison, néanmoins soutenus par beaucoup de gens, qui ne soutiennent pas forcément les idées libertaires, mais qui sont farouchement opposées à la destruction de la maison... Je parle d’une très bonne centaine de personnes, sans compté celles que je ne connais pas...

    Il semblerait que l’association idées détournées de Lorient soit intéressée pour venir investir les lieux, avec la ou les asso groizillonnes éventuellement intéressées...

    « Il faudrait d’abord qu’ils oublient que tu survis avec les moyens qu’ils te donnent à travers leurs impôts »

    Il faut donc crever la bouche ouverte pour être plus crédible ?

    « tu dis à des présents à une réunion du Conseil Muicipal "je n’ai pas trois heures à perdre" »

    Fallait pas prendre ça pour toi Anita, je parlais au maire qui ne souhaitait pas que je distribue la "Réponse des Squatteurs" avant la fin du conseil... Puis ça sert à quoi de suivre un conseil pendant trois heures si tu ne peux poser la moindre question, si tu ne peux dire un mot, ni même afficher ta désapprobation ? J’assisterai a un conseil le jour où il acceptera le dialogue avec la plèbe qui l’élit, pas avant !

    keru

  • Puis ça sert à quoi de suivre un conseil pendant trois heures si tu ne peux afficher ta désapprobation ?

    là aussi Keru tu es méprisant : tu crois que je me gêne ?

    mais tu ne peux le savoir puisqu’en plus de ne pas assister aux réunions du conseil où sont exposées (une fois prises, je te l’accorde) les décisions de la majorité municipale, tu ne lis pas les compte-rendus que j’en fais ... quand j’en ai le temps (actuellement pour moi, la période est un peu encombrée...)
    Peut-être lisais-tu les "officiels" au bon temps où, sans service de communication, ils étaient publiés sur le site de la mairie ?

    Précision : Idées détournées n’ooccupent des locaux avant démolition que lorsqu’ils en ont l’autorisation. Rien à voir avec un squatt (que je peux envisager de soutenir lorqu’il est mis en place par des personnes dans le besoin, qui ne se contentent pas de vivre sur la collectivité et qui ne donnent pas de lecçons à la terre entière).

    AM

  • Comment avez vous pu avoir dix minutes pour récupérer vos affaires alors que vous avez reçu l’ordonnance du tribunal au mois d’août et que vous avez été expulsés au mois de septembre ?Un détail m’échappe.En attendant vous avez tout l’hiver pour penser au choix de votre futur squatt.....
    AY

  • tu crois que je me gêne ?

    précision : je le fais au moment où le public a le droit de s’exprimer et pas pendant la durée du conseil, ce qui pourrait l’invalider.

    et je ne mobilise pas la parole pur une conférence

    deux questions habituellement et je ne rebondis pas sur la réponse, malgré l’envie que j’en ai bien souvent.

    AM

  • Ton travail de rapporteuse des conseils municipaux est très respectable Anita, et détrompes-toi je lis en parties tes comptes-rendus...

    Le problème est que tu déformes souvent ce que je dis : où as-tu lu ou entendu que « ceux qui s’intéressent à la marche de la commune sont méprisables » ???
    J’ai dit au maire que je n’avais pas trois heures à perdre, mais en aucun cas aux personnes assistant au conseil qu’elles perdaient leur temps ! Chaque personne étant libre de passer son temps comme elle le souhaite... J’ai du mal a comprendre la haine que tu as envers moi... es-tu jalouse de mes positions plus à gauche que les tiennes ?
    Par ailleurs, peux-tu me suggérer des solutions pour ne plus "vivre sur le dos de la collectivité" ?

    À AY... Les Squats vivent toujours avec l’incertitude du lendemain (sauf l’hiver temps que loppsi2 n’est pas appliquée), cette situation incertaine dure pour certains squats des années avant l’intervention des forces de l’ordre... voilà donc pourquoi ils ne vident pas leur frigo dès qu’on leur signifie leur expulsabilité...

    keru

  • c’est parti pour des répétitions à ne plus savoir qu’en faire.

    tous les présents ont entendu ta phrase : "je n’ai pas 3 heures à perdre !"

    ce qui sous-entendait clairement que ceux qui étaient là n’avaient rien d’autre à faire ...

    A chacun ses choix pour suivre la vie de la commune. Certains n’ont pas l’impression de perdre leur temps en venant aux réunions des Conseils. Ils peuvent ensuite faire des commentaires en connaissance de cause et pas seulement en se regardant dans une glace.

    Pour les choix à faire pour ne plus vivre sur le dos de la collectivité, c’est celui de tous ceux qui prennent les petits boulots qu’ils trouvent... et qui essaient de les garder :-(

    D’autres acceptent de se former en vue d’avoir un boulot davantage à leur goût.
    Il n’est jamais trop tard pour bien faire. J’ai fait mes études d’infirmière à 31 ans avec 4 enfants à la maison !! (et je n’ai jamais cessé d’étudier par la suite)

    J’ai eu comme amis quelques personnes de ton "obédience politique". Ils bossaient. L’un était instit. et parallèlement, faisait ses études de médecine.
    Sa mère était femme de ménage et son père cantonnier.

    Un autre était facteur, avec une jambe en moins (accident de moto).

    Nous avons passé bien des nuits à refaire le monde ensemble. Ils n’ont jamais pensé que j’étais moins "à gauche" qu’eux.

    Eux, comme moi, savaient qu’ils n’auraient comme poire pour la soif que celle qu’ils se procureraient et n’auraient pas trouvé moral de croûter grâce aux petits sous gagnés par des smicards qui paient des impôts.

    Quant à te haïr, là aussi tu fantasmes. Tous ceux qui ont eu l’occasion de m’entendre prendre ton parti pourraient te le dire.

    Si je "perds mon temps" à te répondre, c’est que je ne te range pas dans la même catégorie que les fachos bas du front qui adressent des commentaires anonymes.

    AM

  • Des personnalités locales et internationales soutenaient déjà les squatteurs dans cette démarche au Grognon : Eugène RIGUIDEL(Marin Résistant) ; Marc GUILLAUME(ancien Résistant) ; Didier PORTE (Chroniqueur politique) ; Didier MAGNIN(Réseau Citoyens Résistants) ; Véronique LECLERCQ(Ancienne membre de l’équipe municipale) ; Gazelle GAIGNAIRE(Journaliste) ; Marina FALQUE(Verts) ; François DAMIEN(comédien) ; ainsi que beaucoup de jeunes (et moins jeunes) de toute la France...

    le francois damien doit avoir deux ou trois maisons sur groix donc le soutien c est pas complique il vas te filer les cles, non ?

    ftw

    jplsk8

  • Bon ba pour éviter les répétitions je vais simplement répondre à tes solutions pour ne plus "vivre sur le dos de la collectivité"...

    Tu devrais être la première à savoir qu’il n’y a pas de travail pour tout le monde, et encore moins sur Groix... Puis même si j’avais l’occasion d’en avoir un a l’année, je le laisserai à une personne qui a une famille à nourrir... je ne comprend pas comment tu peux reprocher aux pauvres (français) de vivre avec ce qu’on leur donne, sachant que s’ils ne bénéficiaient pas de ces aides, ils vivraient dans des bidonvilles ou sous les ponts.

    jplsk8 : j’en connais un autre qui a beaucoup plus de maisons que ça sur l’Île...
    Mais on verra ça une fois que le destin de Kerbéthanie sera scellé... ; )

    keru

  • ce n’est pas ce qu’on donne aux pauvres qui me gêne (et encore ... ça dépend à quels pauvres...)
    mais à qui on le prend pour le donner !!

    quand les riches ne seront plus défiscalisés, que les non salariés seront suffisamment contrôlés pour ne pas tricher, que plus personne n’acceptera de travailler au black etc etc on en reparlera.

    AM

  • Groix,le 28 Décembre 2010.

    En réponse à un commentaire du 21 12 10 sur le blog Anita de Groix,je tiens à préciser que je n’apporte aucunement mon soutien à l’opération d’occupation illégale de la maison de Kerbéthanie,propriété du Conservatoire du Littoral.
    Dont acte.

    Guillaume Marc

  • Je serais curieux de savoir qui à eut l’idée lumineuse de projeter la destruction de cette maison, car comme le souligne Keru, pourquoi détruire ce qui est fait ?
    Certain me répondront :
    - la Loi stipule que : gna gna gni gna gna gna !... Et patati et patata ! Ect..
    Moi, je pense que la loi sert à protéger le citoyen. Dans le cas présent appliquer la loi du littoral serait faire preuve d’un zèle, bête, méchant, voir dangereux pour la communauté. En comparaison avec des Grande Motte, ou des VVF, je trouve que cette maison à tout à fait le droit d’exister. Chacun sachant que ce qui est fait, n’est plus à faire, ces murs pourraient servir à abriter une multitude de projets qui apporteraient quelque chose de nouveau à l’Ile. Kéru pense à "une maison du peuple". Pourquoi pas ?...
    - On pourrait y exposer tous les trésors volés aux groisillons par le musé de St germain.
    - On pourrait aussi faire détruire une certaine partie du VVF et récupérer les vestiges archéologiques qui y pourrissent (et y pourrissaient avant obtention du permis de construire mais chuuut !!..).
    - On pourrait en faire une galerie d’art et y exposer les toiles sculptures et autres oeuvres que nos artistes aimeraient certainement présenter au public.
    - On pourrait utiliser l’argent des bénéfices pour offrir une cure de repos au fonctionnaire zélé qui a soulevé le projet de destruction.
    On pourrait faire tellement de choses qu’a la fin on sait pu.

  • vestiges archéologiques ?? enfouis et à St Germain ??

    mais il a bien fallu qu’une autorité locale décide cela non ?

    Chacun se souvient du combat perdu d’avance par Jean-Luc Robert pour essayer de protéger ce qui a été détruit pour y faire une ... décheterie !!

    Ce serait presque drôle de voir comment on peut se mobiliser contre l’application d’une loi (votée par l’unanimité des représentants du peuple, je le rappelle)
    et comment, à quelques années près, on avait laissé disparaÎtre des "richesses" groisillonnes.

    Bah, le fascisme rampant qui nous gagne va bientôt décider la suppression de tout ce qui a été voté auparavant et alors adieu Loi Littoral, Conservatoire et tutti quanti ... et on continuera à construire sur des vestiges archéologiques et au ras de l’eau !

    1933 ça vous dit quelque chose ?

    AM

  • Que de bonnes idées Beudjull !

    « On pourrait faire tellement de choses qu’a la fin on sait pu »...

    ...ouaip et je suis même certain qu’on pourrait y faire toutes ces choses, ainsi que bien d’autres, et simultanément ! Car ça n’est pas la place qui manque...

    Par ailleurs, la loi n’impose pas la démolition de ce qui est existant, simplement la construction de nouveaux bâtiments...

    keru

  • PGSLOT gedgewg

    qui pense que je dois publier une ligne de points d’interrogation envoyée en commentaire par cet imaginatif anonyme ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
Les commentaires non signés (nom ou pseudo connu) ne seront pas validés !

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
(Pour créer des paragraphes laissez simplement des lignes vides.)

L'agenda d'Henri
FIFIG 2024
Webcam sur Port Tudy
Météo - Marée
Derniers commentaires :
Archives
Liens :
Autres sites amis :
Secours